Le problème de l’humidité ascensionnelle

Qu’est-ce que l’humidité ascensionnelle ?

L’eau, en provenance du sol, remonte par capillarité dans les murs jusqu’à une hauteur maximum de 1.5 m selon la nature de la maçonnerie. Ce phénomène est naturel. Il est comparable au café qui remonte dans un sucre ou à l’encre qui remonte dans un buvard. Pour les férus de physique, nous conseillons de faire une recherche Internet sur la « tension superficielle » qui est à l’origine du phénomène de capillarité. Pour bloquer ce phénomène, les murs comportent actuellement à leur base une membrane d’étanchéité horizontale (appelée souvent Diba® en Belgique et bande d’arase en France). Bien souvent, cette membrane est défaillante ou mal placée, voire absente pour les bâtiments du début du siècle passé. Les maçonneries peuvent alors absorber jusqu’à 300 l d’eau par m³.

Quels sont les symptômes d’humidité ascensionnelle ?

Des dégradations apparaissent dans le bas des murs jusqu’à une hauteur de maximum 1.5 m à partir du niveau du sol extérieur :

  •  gonflements et jaunissement des plafonnages,
  •  décollement des papiers peints,
  •  boursoufflures et écaillement des peintures,
  •  apparition de moisissures (petites taches noires) et de traces de sels (ex. salpêtre)
  •  odeur persistante de moisi, etc.

Si, par contre, des moisissures apparaissent au-delà de 1.5 m – souvent dans les coins et autour des fenêtres – vous êtes plutôt confronté à un phénomène de condensation.

Quels sont les problèmes engendrés par l’humidité ascensionnelle ?

  •  L’humidité ascensionnelle est néfaste pour la santé. Les moisissures qui peuvent apparaître sont des champignons nocifs. Une habitation perpétuellement humide augmente le risque d’allergies et de problèmes des voies respiratoires.
  •  L’humidité capillaire est couteuse en perte d’énergie. Un mur gorgé d’eau, perd tout son pouvoir isolant. Les frais de chauffage sont alors nettement plus élevés.
  •  Cette humidité dégrade progressivement l’habitat. Les coûts d’assainissement et de rénovation, continuent à s’aggraver avec le temps.