Qu’est-ce que la mérule ?

Comment apparaît la mérule ?

Les spores de ce champignon sont généralisées dans nos régions. Il suffit donc de réunir les conditions adéquates pour qu’une contamination apparaisse :
– la présence de bois (pratiquement toutes les essences sont concernées),
– un taux d’humidité suffisant (à partir de 25%),
– une température optimum de 18-22 °c,
– peu de lumière, peu d’aération.
La mérule se développe donc, au départ, dans les endroits les plus cachés des habitations. Si toutes les conditions sont remplies, son développement peut être très rapide.

Comment se développe-t-elle ?

La mérule a la particularité de pouvoir traverser des murs. Ses filaments (hyphes mycéliennes) se propagent aisément dans la maçonnerie à la recherche de bois. Si une boiserie atteinte est trop sèche, la mérule a cette faculté de pouvoir acheminer par ses mycéliums, l’eau nécessaire pour la « digérer ». Même après élimination de la source d’humidité qui a permis son apparition, la mérule se maintient à l’intérieur des maçonneries. Elle a la capacité de ralentir sa croissance ou de passer en léthargie pendant de longues périodes. Dès que les conditions le lui permettent, elle reprend son développement.

Comment détecter la présence de mérule et l’étendue de la contamination ?

Il faut l’œil avisé d’un expert pour détecter des mycéliums de quelques mm ou des fissures spécifiques (type pourriture cubique) dans des boiseries. Les espaces non visibles doivent être auscultés au moyen de caméras endoscopiques. Ce n’est qu’après le décapage des enduits et, le cas échéant, le démontage des boiseries (plancher, gites, …) que l’étendue de la contamination pourra être correctement évaluée. La mérule se présente sous de nombreuses formes au cours de son cycle de vie. Les aspects les plus fréquents sont :

– les plages ou voiles mycéliens : couches continues, blanchâtres et souples de mycéliums (filaments). L’aspect général est plutôt ouateux. Si la structure est plutôt cassante, il s’agit parfois simplement d’efflorescences de sels et non d’un champignon.
– le carpophore : souvent de couleur brun rouge avec un bord blanchâtre. Le champignon est alors dans sa phase de fructification. Il risque de disséminer une grande de quantité de spores, sous forme d’une poudre rougeâtre. Ces spores, dans les conditions requises, pourraient donner naissance à d’autres mérules.