Traitement de l’humidité

Beaucoup se sentent un peu désemparés devant les problèmes d’humidités. Les causes des problèmes sont différentes, voire multiples et il y a parfois plusieurs solutions. Il faut toujours essayer le limiter les frais de traitement. On ne sait pas toujours à quel type d’entreprise s’adresser. Faut-il s’adresser à une entreprise spécialisée qui traite l’humidité d’origine naturelle ? Faut-il s’adresser à un corps de métier plus spécifique pour résoudre un problème de fuite ou d’infiltration ?

Avant toute démarche, pour ne pas perdre de temps, il faut établir un premier diagnostic. Sans être un spécialiste en traitement de l’humidité, en se posant les bonnes questions et avec quelques constatations, vous pouvez aisément supposer le type de phénomène qui dégrade votre bien et trouver l’entreprise qui pourra vous aider.

Les questions fréquemment posées

Des questions récurrentes nous sont régulièrement posées par rapport aux traitements contre l’humidité telles que :

Comment traiter l‘humidité dans ma maison ? Quel est le meilleur moyen d’enlever l’humidité ?

Avant d’envisager un traitement contre l’humidité, il faut se poser la question de savoir s’il est possible de supprimer la cause de cette humidité.

Dans le cas de l’humidité ascensionnelle d’origine naturelle, il n’est pas envisageable d’en supprimer la source. En effet, les remontées capillaires sont dues à l’humidité naturelle du sol et le plus souvent causées par l’absence ou la défaillance d’une membrane d’étanchéité horizontale communément appelée Diba® .

Dans le cas de fuites ou infiltrations, il est indispensable de déterminer l’origine de l’humidité pour remédier à cette situation. Bloquer ou cacher l’humidité, là où elle apparaît, ne ferait qu’aggraver ou déplacer le problème. L’eau qui s’accumule dans le mur finira par trouver un autre chemin et apparaîtra ailleurs.

Dans le cas d’un phénomène de condensation, la seule solution reste l’augmentation de l’aération naturelle ou l’installation d’une ventilation forcée afin d’acheminer, dans les locaux, l’air extérieur qui est toujours beaucoup plus sec.

Comment faire pour enlever l’humidité sur un mur ?

Quand un mur comporte un taux d’humidité trop élevé, il n’existe pas de baguette magique pour assécher ce mur en un instant. Généralement, les traitements pratiqués consistent seulement à bloquer l’humidité. Il faut ensuite patienter pour que l’eau ressorte du mur par évaporation. Ce phénomène va durer de nombreux mois. Le placement d’un déshumidificateur électrique est une fausse bonne idée. L’appareil aura une efficacité très limitée et consommera beaucoup d’énergie.

Comment éviter l‘humidité sur les murs ? Comment lutter contre l’humidité et la moisissure ?

Si les dégradations apparentes sont de fines gouttelettes ou des traces de moisissures, le plus souvent sous la forme de petites mouchettes noires, vous êtes en présence d’un phénomène de condensation. Il est possible d’améliorer l’isolation des murs pour supprimer les zones froides, mais cette solution est souvent abandonnée car sa mise en œuvre est souvent complexe ou nécessite un budget important. L’amélioration de l’aération naturelle ou l’installation d’un système mécanique de ventilation sont les solutions les plus fréquemment rencontrées.

Quel est le taux normal d‘humidité ? Quel taux d’humidité pour une maison saine ?

Pour votre santé et votre bien-être, l’air ne doit surtout pas être trop sec. Il doit contenir un taux d’humidité absolu suffisant pour ne pas irriter les bronches ou les yeux. De l’air fort humide n’a jamais été néfaste pour la santé. Cependant si le taux d’humidité et une trop faible isolation permet l’apparition de condensation et donc de moisissures, le risque pour votre bien-être devient évident.

La condensation n’apparaît pas en fonction du taux d’humidité absolu, mais bien, du taux d’humidité relatif. Ce taux est exprimé en pourcentage et est liée à la température ambiante ou à la température du support. Plus le taux est élevé, plus on s’approche du phénomène de condensation ou de la formation de gouttelettes et donc de l’apparition de moisissures.

Pour rester suffisamment loin du taux relatif de 100 % qui représente la formation de gouttelettes ou de rosée, il est préconisé de maintenir son logement à un taux entre 50 et 60 %. Si la construction est bien isolée, ce taux pourrait être plus élevé.

Identifier les causes pour un traitement efficace

Les causes des problèmes sont différentes, voire multiples, et il y a parfois plusieurs solutions.
Pour une solution efficace, il faut poser le bon diagnostic.

Qu‘est-ce qui provoque l’humidité ? Comment apparaît l’humidité ?

Il faut savoir que, de manière générale, il n’y a que 3 grandes sources d’humidité qui occasionnent des dégradations dans une habitation. En procédant par élimination, on peut souvent mieux cerner la problématique rencontrée.

  • L’humidité peut provenir du sol et d’être d’origine naturelle. Il s’agit alors d’humidité ascensionnelle si elle apparaît au rez-de-chaussée ou d’humidité latérale dans le cas de murs contre terre.
  • L’humidité peut être due à des fuites ou infiltrations. C’est le cas le plus complexe car il y a énormément de causes possibles et autant de corps de métier concernés pour y remédier.
  • L’humidité peut aussi être produite par les occupants de l’habitation. C’est le cas le plus fréquent.

En nous lavant, en cuisinant et même en respirant, etc. nous diffusons de l’humidité dans toute l’habitation. Cette humidité, en se condensant sur les murs sous forme de fines gouttelettes, va engendrer des dégradations et l’apparition de petits champignons malsains appelés moisissures.

Types d’humidité possible

L’humidité ascensionnelle

Humidité ascensionnelle
Que voyez-vous ?
  • Si les dégradations ne dépassent pas 1 m de hauteur – voire, grand maximum, 1.5 m – à partir du niveau du sol extérieur.
  • Si le bâtiment est assez ancien.
  • Si les traces sont généralisées dans le bas de certains murs et apparaissent depuis le sol.

Alors, vous êtes probablement en présence d’humidité ascensionnelle.

Consultez notre page traitement de l’humidité ascensionnelle pour plus d’informations à ce sujet.

Vos questions les plus fréquentes

Jusqu‘à quelle hauteur l’humidité ascensionnelle peut monter ?

L’eau grimpe dans un matériau en fonction de la porosité et de la structure de celui-ci. En règle générale, la hauteur atteinte ne dépasse pas 1 m. Dans certains cas, il est toutefois possible que l’humidité atteigne 1,50 m. Au-delà, on peut affirmer qu’il ne s’agit plus d’humidité ascensionnelle. Il s’agira soit d’humidité de condensation, soit de fuites ou infiltrations.

Peut-on avoir de l’humidité ascensionnelle dans sa cave ou aux étages ?

Aux étages, c’est totalement impossible puisque la capillarité des matériaux de construction ne permet pas de dépasser une hauteur 1,50 m grand maximum, depuis le niveau du sol.

En cave, dans les murs de refend (murs qui séparent les pièces), c’est tout à fait possible.

Cependant, dans les murs contre terre, il ne sera jamais possible de déterminer si l’humidité a grimpé verticalement depuis le sol ou si elle a diffusé horizontalement depuis la terre latérale. Dans ce cas, un traitement par injection de résine en pied de mur ne pourra jamais donner une garantie de résultat.

Quel produit utiliser pour bloquer l’humidité ascensionnelle ?

Beaucoup de produits différents ont été utilisés ces 40 dernières années. Actuellement les meilleures performances sont obtenues au moyen de produits à base de résines “silanes siloxanes’. Ces produits ne sont pas filmogènes (ne forment pas une barrière physique étanche) mais hydrophobes (laissent respirer la maçonnerie, mais repoussent les molécules d’eau).

Pour éliminer toute toxicité et odeur, ces produits sont le plus souvent élaborés en phase aqueuse (à base d’eau). Des tests réalisés par le CSTC permet de catégoriser l’efficacité des différentes marques présentes sur le marché belge.

Le salpêtre

salpêtre
Que voyez-vous ?
  • Si les traces sont présentes dans la zone de l’humidité ascensionnelle ou sur un mur contre terre.
  • Si elles ont l’aspect de taches localisées, d’auréoles, d’efflorescences blanchâtres ou de boursouflures de l’enduit ou de la peinture.

Alors, vous êtes probablement en présence de dégradations dues aux sels hygroscopiques ou au salpêtre. Consultez notre page Salpêtre et sels pour plus d’informations à ce sujet.

Vos questions les plus fréquentes

Comment savoir si c’est du salpêtre ?

Le salpêtre est un terme générique utilisé généralement pour tous les sels qui apparaissent dans la cave ou sur les murs de nos habitations. Le salpêtre est en fait un sel bien précis appelé nitrate de potassium. On reconnaît aisément le salpêtre quand il se présente sous forme d’efflorescences de cristaux de sel. Ces cristaux ont la caractéristique d’être cassants et non souples si on appuie dessus.

Comment se forme le salpêtre ?

Les sels hygroscopiques que l’on nomme parfois salpêtre et qui apparaissent sur les murs de votre maison sont naturellement présents dans le sol. Leur concentration est parfois beaucoup plus élevée dans les anciennes fermes qui comportaient du bétail. Ces sels apparaissent à la surface de vos murs car ils ont été transportés, avec d’autres impuretés, par le phénomène d’humidité ascensionnelle. Ils ont été abandonnés en surface ou sur le front d’évaporation (dans ce cas, un peu plus en profondeur) quand l’eau liquide s’est évaporée.

Comment traiter le salpêtre sur un mur extérieur ?

Il est plus délicat de traiter le salpêtre sur un mur extérieur car souvent on ne souhaite pas enduire ou recouvrir ce mur pour des raisons esthétiques. Les sels risquent alors de faire apparaître des zones plus humides ou des efflorescences de cristaux blanchâtres.

Est-ce que le salpêtre est dangereux ?

Ce qu’on nomme salpêtre représente en fait beaucoup de sels différents. Ces sels ne présentent généralement pas beaucoup de danger pour l’homme car ils sont naturellement présents dans le sol. Ils sont en fait surtout dangereux pour les murs et les enduits de votre maison car ils les dégradent en exerçant une pression interne ou en absorbant l’humidité de l’air ambiant.

Comment éliminer le salpêtre ?

L’élimination du salpêtre se fait en 2 phases. Il faut d’abord supprimer la source d’humidité qui a propagé, dans les murs, ces sels et autres impuretés. Ensuite, il faut bloquer ces sels derrière une membrane antisel car ils gardent une forte tendance à réapparaître en migrant à travers les nouveaux enduits.

L’infiltration d’eau

Infiltration d'eau
Que voyez-vous ?
  • Si les traces sont très localisées ou apparaissent dans le haut ou au milieu d’un mur et semblent couler ou se propager vers le bas.

Alors, vous êtes probablement en présence d’un phénomène de fuite ou infiltration.

Il faut être curieux et tenter de savoir ce qui se trouve derrière, dans ou au-dessus du mur détérioré. Si l’origine du phénomène est difficile à trouver, il est conseillé de faire appel à une entreprise spécialisée. Dromursec possède une unité de recherche de fuite et infiltration. Elle est connue sous le nom Expert Detect.

Il faudra peut-être avertir votre compagnie d’assurance. Si la cause de la fuite ou infiltration est accidentelle et cachée, le sinistre pourrait être couvert par votre police “incendies et dégâts des eaux”.

Quand c’est possible, il est toujours préférable de supprimer la source d’humidité et non de tenter de la contenir. Il est alors vivement conseillé de faire appel au corps de métier spécialisé dans la problématique. Par exemple : le couvreur, le poseur de châssis, le plombier-chauffagiste, l’égoutier, etc.

Vos questions les plus fréquentes

Comment détecter une infiltration d’eau dans un mur ?

Les dégradations, provoquées par une fuite ou une infiltration, sont souvent très localisées.

Il n’est pas toujours aisé d’en trouver la cause. Souvent, il faudra avoir recours à un professionnel qui maîtrise de nombreux métiers et qui utilise différents appareillages techniques. Ces frais de recherche sont assez importants et il est toujours préférable d’ouvrir un dossier auprès de son assurance au préalable.

Qui appeler en cas d‘infiltration d’eau ? Comment traiter une infiltration d’eau ?

Si l’infiltration est due à une négligence ou provoquée par une malfaçon, il faut s’adresser au corps de métier compétent pour effectuer la réparation. Beaucoup de corps de métier peuvent être concernés. Par exemple : le couvreur, le plombier, le chauffagiste, le fabricant de châssis, le constructeur de terrasses, etc.

Si la pénétration d’eau semble être accidentelle, il faut d’abord contacter son assurance. Si cette infiltration est considérée comme un sinistre, la compagnie interviendra dans les frais de détection, de réparation et de rénovation

Si l’infiltration est d’origine naturelle, tel qu’un ruissellement d’eau claire sur les murs d’une cave, il est préférable de canaliser cette eau pour l’évacuer vers l’égouttage existant. Dromursec réalise fréquemment cette technique appelée “drainage de cave“.

La condensation

Condensation
Que voyez-vous ?
  • Si les traces d’humidité apparaissent sur les zones les plus froides d’un mur de façade. Précisons que ces zones sont généralement les coins (mur-mur ou mur-plafond), les embrasures de porte et fenêtre, les linteaux et autres ponts thermiques. Tout ceci peut être aisément visualisé avec une caméra thermique.
  • Si les dégradations se présentent plutôt sous forme de moisissures (minuscules taches souvent foncées).
  • Si un manque de ventilation accentue l’apparition de ces moisissures (on les retrouve alors derrière du mobilier, à l’intérieur d’armoires, etc.).
  • Si ces traces apparaissent d’abord dans les pièces moins chauffées telles que les chambres.

Alors vous êtes en présence de phénomènes de condensation.

Lorsqu’une meilleure isolation des murs n’est pas envisageable et que l’aération naturelle reste insuffisante, il faut alors installer un système de ventilation mécanique. Dromursec propose des systèmes de ventilations de haute technologie, adaptés aux bâtiments existants. L’installation de ces systèmes nécessitent des budgets nettement plus importants que le placement d’un simple extracteur d’air par un électricien.

Vos questions les plus fréquentes

Comment enlever la condensation sur les fenêtres ?

Si vous avez de la condensation qui se forme sur vos fenêtres, dites-vous que le problème est beaucoup plus généralisé. Il est vrai qu’en améliorant le coefficient thermique des fenêtres par un double vitrage plus performant, cette condensation risque fort de disparaître. Mais vous ne ferez que déplacer le problème. La condensation ira probablement se former sur d’autres zones froides ou ponts thermiques. La seule solution reste toujours d’augmenter l’aération naturelle ou d’installer une ventilation mécanique.

Comment éviter la condensation sur un Velux ou un double vitrage ?

Si de la condensation apparaît malgré un bon coefficient thermique de vos vitrages, il n’y a pas d’autres solutions que l’augmentation de l’aération naturelle et permanente de la pièce ou l’installation d’un système de ventilation forcée.

Ces solutions auront pour effet de remplacer l’air trop humide de l’intérieur de votre habitation par l’air extérieur, plus frais et donc beaucoup plus sec, même quand il pleut.

L’humidité en cave (murs contre terre ou enterré)

cave cuvelage
Que voyez-vous ?
  • Si les traces apparaissent sur des murs contre terre, donc généralement dans votre cave.
  • Si les dégradations sont des boursouflures provoquées par les poussées d’efflorescence de sels tel que le salpêtre.

Alors, vous êtes en présence d’humidité latérale due à une défaillance ou une absence de membrane d’étanchéité externe. Un cimentage hydrofuge interne – appelé aussi cuvelage – peut être une bonne solution.

Pour plus d’information, consultez la page « Les traitements de l’humidité des murs contre terre »

Vos questions les plus fréquentes

Comment rendre Etanche un mur de cave ? Comment traiter un mur de cave humide ? Comment vaincre l’humidité dans une cave ?

On peut soit intervenir sur l’extérieur du mur enterré, soit intervenir sur la face intérieure de celui-ci.

Refaire l’étanchéité externe du mur, comme pour une nouvelle construction, est la meilleure des solutions. Néanmoins, elle n’est pas toujours techniquement réalisable et les frais sont souvent excessifs.

S’il y a des pénétrations et des écoulements d’eau, mettre un cimentage sur le côté intérieur du mur est fort risqué. La pression d’eau, parfois importante, aura tendance à “décoller” tout enduit étanche. On parle dans ce cas de “pression négative”. Sous pression, l’eau cherchera la moindre faille (fissures, jointures, extrémités de traitement) pour pénétrer dans la pièce. Comme l’eau est souvent la plus forte, il est parfois préférable de la canaliser plutôt que de tenter de la bloquer.

Si le mur ne laisse apparaître que de l’humidité, qui détériore les enduits ou fait apparaître du salpêtre, le problème pourra être résolu sans problème au moyen d’un cimentage hydrofuge de qualité. Attention, l’adjonction d’un simple additif n’est pas toujours suffisante.

Il faut également savoir qu’un cimentage hydrofuge n’est jamais une garantie absolue contre la réapparition de sels. Mais, plus la couche est épaisse, plus les sels seront freinés dans leur migration.

Quel sol pour une cave humide ?

Si l’humidité sur le sol est de la condensation provoquée par un manque d’aération, peu importe le recouvrement, les fines gouttelettes continueront à s’y former.

Si l’humidité, ou parfois l’eau, remonte à travers le sol, les solutions techniques sont parfois très lourdes à mettre en œuvre. Il faut souvent excaver (creuser) pour poser, entre autres, une chape et une membrane d’étanchéité appelée communément Visqueen®

Comment éviter la moisissure dans une cave ?

Les moisissures dans une cave sont généralement dues au phénomène de condensation. Pour éviter ces petits champignons nocifs, la meilleure solution est de prévoir une aération suffisante et permanente. Comme les caves nécessitent rarement d’être chauffées, un courant d’air perpétuel les rendra saines.

Que faire s‘il y a de l’eau qui ruissèle des murs ou qui forme des flaques ?

Si de l’eau ruissèle des murs, au point de former des flaques, voire de petites inondations, vous êtes en présence d’infiltration en cave.

Intervenir sur la face intérieure est beaucoup plus délicat car bloquer un écoulement d’eau par un cimentage hydrofuge crée une pression hydrostatique importante dans le mur. Dromursec préconise de laisser l’eau s’écouler – quitte à la masquer par une membrane à excroissances – et de créer un système de canalisation qui va diriger l’eau vers une pompe d’évacuation.

L’humidité de façade (mur extérieur)

Que voyez-vous ?
  • Si des éclats (notamment à cause des phases de gel et dégel) apparaissent dans les briques ou les joints de votre façade
  • Si des salissures ou des traces de pollution souillent celle-ci.

Alors, vous êtes en présence d’une façade poreuse.

Une façade peut être hydrofugée si les briques sont encore à nu (absence d’enduit ou peinture)

Il est évidemment préférable d’agir avant l’apparition des dégradations et réaliser un traitement de l’humidité préventif.

Consultez notre page “Façades poreuses” pour plus d’informations à ce sujet.

Vos questions les plus fréquentes

Comment traiter un mur humide extérieur ? Comment Imperméabiliser un mur extérieur ?

Il existe 2 méthodes pour traiter l’extérieur d’un mur.

Soit on le couvre d’un enduit peu ou pas respirant, tel qu’une peinture, qui forme un film étanche.

Ceci comporte 2 inconvénients : d’abord, une certaine fragilité de l’enduit qui peut parfois laisser apparaître des boursouflures ou des fissures, ensuite, il n’y aura plus d’autre traitement envisageable. Vous ne pourrez que repeindre car un décapage serait extrêmement fastidieux et abîmerait la maçonnerie.

Soit on laisse pénétrer en surface un produit hydrophobe qui aura tendance à repousser les molécules d’eau tout en laissant la maçonnerie respirer. Les gouttes d’eau auront tendance à rouler sur la façade comme les gouttes sur la carrosserie d’un véhicule qui vient d’être simonisé.

Comment hydrofuger une façade ? C’est quoi hydrofuger ?

Pour hydrofuger une façade on laisse pénétrer un produit à base de résines hydrophobes (qui repoussent les molécules d’eau) dans les premiers millimètres de la surface. Les produits sont soit crémeux et étalés au moyen de pinceaux, soit liquide. Sous forme liquide, ils seront lentement versés sur la façade jusqu’à saturation du support. On parle alors de ruissèlement à reflux.

Les molécules hydrophobes – souvent des résines silanes et siloxanes – vont en quelque sorte “tapisser”, sur une épaisseur de plusieurs millimètres, toute la structure interne de la brique et des joints qui sont relativement poreux.

De ce fait, l’eau ne pourra quasi plus pénétrer dans la façade et les salissures et autres impuretés ne pourront plus s’y accrocher.

La mérule

Mérule
Que voyez-vous ?
  • Si un champignon est apparu à proximité ou sur des boiseries humides.
  • Si son développement s’est fait à partir d’une zone “cachée” présentant peu d’aération et de lumière.
  • Si l’aspect du champignon évolue depuis de simples filaments blanchâtres jusqu’à un gros champignon brun-orangé avec des bords blancs, en passant par un amas de filament puis une “mousse” blanche épaisse ou aplatie.

Alors, vous risquez d’être en présence d’un serpula lacrymans dénommé communément mérule pleureuse.

Un autre champignon assez fréquent dans nos caves est le coniophora puteana (ou coniophore des caves). Il se présente sous forme de filaments de couleur foncée se développant sur une importante surface avec l’aspect des nervures d’une feuille

Consultez notre page Traitement mérule pour plus d’informations à ce sujet.

Vos questions les plus fréquentes

Comment savoir si c’est la mérule ?

Dans certaines phases de leur évolution, d’autres champignons sont fort semblables à la mérule et peuvent prêter à confusion. C’est par exemple le cas du Donkoporia et de l’Antrodia.

Il n’y a plus d’erreur possible lorsque la mérule passe en phase de fructification et développe un carpophore brun orangé avec des bords plutôt blanchâtres. Si la mérule décide d’apparaître au grand jour, c’est pour pouvoir disséminer des dizaines de millions, voire des milliards, de spores. Il est alors urgent d’agir.

Quel fongicide contre la mérule ?

La mérule est très tenace. Oubliez les “trucs de grand-mère” et autres produits à base de chlore. Seuls des produits industriels testés et agréés auront une efficacité suffisante pour détruire définitivement ce champignon. Attention, ces fongicides professionnels doivent être utiliser avec précaution et doivent être diffuser dans la maçonnerie selon une procédure bien précise.

Comment traiter champignon mérule ? Comment se débarrasser de la mérule pleureuse ?

La mérule est un champignon lignivore, donc qui “digère” et détruit les boiseries. Elle a aussi la particularité de traverser les murs.

Les mycéliums de la mérule parviennent à s’insinuer dans les maçonneries sur des distances importantes. Il faudra donc non seulement s’occuper des boiseries contaminées mais aussi traiter toutes les maçonneries à proximité.

Pour les boiseries, l’action est radicale. Il faudra démonter toutes les bois contaminées, les évacuer et les détruire. Seuls les bois sains, mais dans la zone à risque, dite de sécurité, seront traités avec un fongicide.

La maçonnerie, dans une zone bien définie, devra être décapée, “nettoyée” de toute trace du champignon, puis traitée dans la masse avec un fongicide professionnel.

Est-ce que la mérule a une odeur ?

Effectivement la mérule a une odeur fongique caractéristique, mais seuls des professionnels et certains chiens peuvent se fier à leur odorat pour détecter le champignon. Il est préférable de se fier à sa vue, quitte à devoir réaliser quelque démontages.

Comment savoir si on a des champignons dans la maison ?

Certains champignons sont fort visibles. Ce sont malheureusement les moins dangereux pour le bâtiment.

D’autres champignons, comme la mérule, ont tendance à se développer dans des zones obscures, avec peu de circulation d’air, donc des endroits cachés.

Quand la mérule décide d’apparaître, sous forme d’un carpophore brun orangé, pour disséminer ces spores, le mal est déjà fait.

Comment traiter les champignons dans une maison ?

S’il s’agit de moisissures provoquées par le phénomène de condensation, il faudra s’attaquer à l’origine du problème : soit un excès d’humidité dans l’air ambiant, soit des murs avec une isolation thermique insuffisante.

Le nettoyage de moisissures avec une solution fongicide que l’on trouve dans le commerce est une solution temporaire. Les champignons vont réapparaître tant que la cause du phénomène n’est pas supprimée.